Parce que le lundi c’est swell #53

Sur le chemin de l’école.

Moi– Viens mon amour…

L’Enfant– J’aime pas tes shorts.

Moi– Ben là…

L’Enfant– Je les aime pas. C’est comme des pantalons que t’as coupés, c’est pas beau.

Moi– Euh non. Je les ai achetés comme ça…

L’Enfant– Ben c’est pas beau.

Moi– Awwww… tu dis tout le temps que j’suis la plus belle des p’tites mamans…

L’Enfant– J’t’aime. Mais vraiment vraiment j’aime pas tes shorts.


 

Advertisements

L’Enfant qui n’était pas poète

Salut, en passant! Je sais, je sais. Regarde-moi pas de même. J’ai pas écrit de l’été. Mais c’est pas juste parce que je couraillais les activités gratos ou que j’étais en train de chercher des maudits chfeux de lego en dessous du sofa. Nah. Je prenais un break et je réfléchissais. Y’a une QUANTITÉ assez débile de blogs de moumans pis des fois, ça m’arrive de me demander c’est quoi ma place dans tout ça pis à quoi je sers pis y fait tu chaud, y fait tu froid, ça pue tu? Anyways, sur cette petite crise existentielle je me laisse voguer… mais j’ai pas l’intention de disparaître. Oh non, monsieur. Bien au contraire, madame. Merci d’être encore là et place à l’anecdote:

L’Enfant- Hier, avec Madame S., on est allés au jardin pis on a cueilli un concombre! Pis tu sais quoi? Ça goûtait LE SOLEIL.

Moi– Awwww! Ti-Loup! C’est donc ben beau!

L’Enfant– NON MAIS SÉRIEUX! ÇA GOÛTAIT LE SOLEIL!

Moi– Je sais! Pis moi j’te dis que c’est tellement beau c’que tu racontes!

L’Enfant– NON! Je dis pas ça pour être beau!!?! J’essaye pas de faire des belles phrases!!!! Ça goûtait le vrai soleil. Tsé là?! Du gros vieux chaud mou. C’était trop dégueux.


La reine du bleu. (J’ambitionne, j’sais ben)

 Vous organisez une course des couleurs pour enfants et cherchez quelqu’un pour leur garrocher de la craie dans les yeux? Je suis votre homme!
Hier, j’ai participé au “color run” de l’école de l’Enfant en tant que bénévole lanceuse de craie (préposée au bleu) et j’ai maintenu un excellent pourcentage de “Argh! La madame m’a pogné dans’ face!” MAIS Y VENTAIT. J’suis pas (si) sadique! Pis pour ma défense, personne en a eu plus dans le visage que bibi (that’s what she said!). Mais j’pense qu’on a eu du fun. Moi oui (et grand-moman Juju est raquée aujourd’hui sans même avoir couru!)
Pour une première année, ça a été un beau succès. L’année prochaine, PLUSSSS de craie (gna gna gna) et peut-être des lunettes pour les kids…
#liveandlearn

Monsieur mon mari était là pour son sauver l’Enfant quand il est (bien évidemment) tombé.

 

Soyons honnêtes #4

Sortir n’importe où avec un enfant c’est s’assurer d’avoir les mains pleines, littéralement. La première avec le smoothie qu’ya braillé pour avoir mais qu’y peut pas boire parce que ça goûte pas la même affaire que d’habitude pis la deuxième avec le toutou qu’ya promis qu’y tiendrait lui-même mais que là y peut pu parce que c’est SUPER lourd.

Je le sais que c’est pas juste moi #7

tired

BLEHHHHHHHH. Grosse semaine! GROSSE SEMAINE! Brûlée tight. Pis c’est pas autant parce que j’ai commencé un nouvel entraînement de kickboxing que parce qu’on a rencontré la nouvelle pédiatre à mon fils. On sous-estime souvent combien devoir détourner de façons créatives les questions concernant l’alimentation et le temps d’écran ça peut être drainant.

#television #neverheardofit

Juste ça. (petit hymne à l’amour)

icecreamlove

Oui, je chiâle pis je bitche souvent. Oui, j’me regarde peut-être un peu trop le nombril. Mais reste que Les Enfants à Barbe, c’est basé sur l’amour avant tout. L’amour de la vie et de ses trajectoires bizarroïdes, l’amour du p’tit bout de chemin qui me mènera j’sais pas où, l’amour que j’éprouve pour les gens qui m’entourent, mes zamis for life, l’amour infini que je ressens pour Ti-Poil l’Enfant, pis mon amour pour l’amour.

Quand j’écris ici, je pense que ma principale motivation c’est de me sentir moins seule. Pis grâce à vous, ça marche. C’est beau ça. C’est simple. Pis, en quelque part, c’est une forme d’amour. La vie est un long carnaval. J’arrêterai jamais de le dire. On est tous le sideshow weird de quelqu’un d’autre. On est tous des freaks en quête d’acceptation. On est tous des fuckés. Mais la beauté dans tout ça, c’est qu’on est tous dans le même bateau. We’re all in this together. Pis ce qui me réjouit un brin quand je vous entends, c’est que la plupart d’entre vous semblez en être conscients.

Avec Les Enfants à Barbe, je prends jamais de position politique. Ça m’intéresse pas, j’aurais rien à dire. Mais là, y’est question d’humanité. Pis ça finit par venir me chercher, tsé. Je refuse de laisser grandir l’Enfant dans un monde dicté par la haine. J’suis en ostie contre les débiles qui salissent notre espèce mais j’suis émue par la quantité de bons coeurs qui sont encore prêts à se tenir par la main, à s’unir contre le mal et à donner une grosse voix sexy à l’amour.

Fuck les caves. Fuck le racisme. Fuck le sexisme. Fuck l’homophobie, l’islamophobie pis toutes les autres “phobies” qui sont pas des vraies “phobies” mais juste un déguisement pour les trous de culs. Pis vive vous! Vive nous! Vive nos enfants qui ont encore tout à apprendre de nos philosophies et de nos comportements. Continuons à être différents, weird, colorés, grand’ yeules et à clamer que seul l’amour peut gagner.

Ok. J’ai fini là. Merci. Love yall.