Juste ça. (petit hymne à l’amour)

icecreamlove

Oui, je chiâle pis je bitche souvent. Oui, j’me regarde peut-être un peu trop le nombril. Mais reste que Les Enfants à Barbe, c’est basé sur l’amour avant tout. L’amour de la vie et de ses trajectoires bizarroïdes, l’amour du p’tit bout de chemin qui me mènera j’sais pas où, l’amour que j’éprouve pour les gens qui m’entourent, mes zamis for life, l’amour infini que je ressens pour Ti-Poil l’Enfant, pis mon amour pour l’amour.

Quand j’écris ici, je pense que ma principale motivation c’est de me sentir moins seule. Pis grâce à vous, ça marche. C’est beau ça. C’est simple. Pis, en quelque part, c’est une forme d’amour. La vie est un long carnaval. J’arrêterai jamais de le dire. On est tous le sideshow weird de quelqu’un d’autre. On est tous des freaks en quête d’acceptation. On est tous des fuckés. Mais la beauté dans tout ça, c’est qu’on est tous dans le même bateau. We’re all in this together. Pis ce qui me réjouit un brin quand je vous entends, c’est que la plupart d’entre vous semblez en être conscients.

Avec Les Enfants à Barbe, je prends jamais de position politique. Ça m’intéresse pas, j’aurais rien à dire. Mais là, y’est question d’humanité. Pis ça finit par venir me chercher, tsé. Je refuse de laisser grandir l’Enfant dans un monde dicté par la haine. J’suis en ostie contre les débiles qui salissent notre espèce mais j’suis émue par la quantité de bons coeurs qui sont encore prêts à se tenir par la main, à s’unir contre le mal et à donner une grosse voix sexy à l’amour.

Fuck les caves. Fuck le racisme. Fuck le sexisme. Fuck l’homophobie, l’islamophobie pis toutes les autres “phobies” qui sont pas des vraies “phobies” mais juste un déguisement pour les trous de culs. Pis vive vous! Vive nous! Vive nos enfants qui ont encore tout à apprendre de nos philosophies et de nos comportements. Continuons à être différents, weird, colorés, grand’ yeules et à clamer que seul l’amour peut gagner.

Ok. J’ai fini là. Merci. Love yall.

Advertisements

Bonne journée, lovers!

heartpizza

L’Enfant, moi pis nos barbes vous souhaitons une très joyeuse St-Valentin que ça soit en couple, tout seul, avec Norman Reedus dans votre tête ou avec vos 8 chats. Merci de me lire sans jamais rien me demander de sexy en échange. Vous êtes swell et classy.

Oubliez pas la première de Walking Dead, ce soir! Y’a pas plus cupidon qu’un Dixon, m’as te dire.

J’ai vu passer plusieurs blogs de parents dans lesquels ils postaient des DIY d’idées de cartes de St-Valentin pour les tout petits.  Voici celle que l’Enfant a préparé avec amour et rapidité pour sa prof de maternelle, la merveilleuse Madame G. J’appellerais la technique: “Trouve des vieux stickers de Guitar Hero dans le sous-sol et hop!”

val2

Pour Madame G, best prof de maternelle ever.

val1

Chanceuse, Madame G…

Bonne journée, lovers! Je vous aime! (Mais j’aime surtout Monsieur mon mari qui, ce soir, fera semblant de me trouver belle avec ma double infection aux yeux. Et il le fera avec brio parce qu’il est mon valentin chéri. HEIN, BABE?!!)

xoxox

Joyeuses fêtes & merci!

choco1

C’est avec ces p’tits chocolats tout gommés (ou comme Monsieur mon mari les appelle “The Anywhere My Wife Can Get Her Liquor Chocolates”) que je vous souhaites, mes minous érotiques d’amour, de très très joyeuses fêtes.  (En retard, so sue me.)

Je suis toujours surprise lorsque vous me faites part de votre appréciation mais je me rends compte que j’en ai bien de besoin. Faque pour ça, merci! Je vous love et vous promets de continuer à essayer de vous faire rire.

Vous êtes les meilleurs, mes barbus! Be yourselves, be happy and be good.

Sur ce, je retourne à l’Enfant qui vient de se choisir un film de Kevin James sur Netflix. PARMI TOUTES LES OPTIONS POSSIBLES.

BIG LOVE!!! xoxoxox

Juju

Parce que le lundi c’est swell. #33

Mil et moi-juillet 2015

L’Enfant vient nous rejoindre dans notre lit comme à tous les matins, s’installe en cuillère entre son père et moi, occupant 300% plus d’espace que son petit corps ne requiert et se permet de chialer. C’est la norme.

L’Enfant– Arrête de souffler. MAMAN. ARRÊTE DE SOUFFLER.

Moi– HEIN?! Je souffle pas. Je respire.

L’Enfant– Respire pas. OK, MAMAN?! RES. PIIIRRRR. PAS.

——————

breathe

S’il vous plaît, veuillez raccrocher and don’t ever do that again.

no phonew

Appelle-moi pas. Jamais. (sont exemptés ma mère, ma grand-mère et Norman Reedus)

Don’t call us, we WON’T call you pis tout va être parfait.

On est en 2015. Un téléphone qui sonne, ça me donne la diarrhée. Même si ma sonnerie c’est la glorieuse toune de Game of Thrones. Ce dit téléphone vous offre genre 67 autres façons de communiquer avec moi qui sont moins intrusives: Facebook, textos, Messenger, email (j’check jamais mes emails, en passant)…

Si jamais j’ai le malheur de répondre: Demande-moi pas si tu me déranges. C’est sûr que tu me déranges. Tsé, vlà une seconde j’étais ben pis j’parlais pas au téléphone pis la seconde d’après chu pas ben pis j’parle au téléphone. Ben oui! J’vas te dire que c’est correct pis que je faisais rien. MAIS ÇA SE PEUT PAS RIEN FAIRE. Chu pas une roche, sacrament! (fun fact: une roche est plus agréable que moi au téléphone.)

La seule chose qui est pire que de m’appeler, c’est de me texter de t’appeler. Mon pauvre ami. ÇA NE MARCHE PAS COMME ÇA.

Mais sérieusement, qui ne voudrait pas m’avoir dans sa vie? Un vrai rayon de soleil. On se texte quand tu veux.

juju juste non

Parce que le lundi c’est swell. #30

fete des meres-nous 3-2015

Faque… la fête des mères était hier. C’est pas une super grosse fenêtre de temps de répit, hein? Je pensais partir ma semaine ravigotée pis pleine de fierté dû aux compliments sans fin que je recevrais (dans le genre “t’es la plus cool” pis “you’re doing it right” pis “t’as l’air BEN trop jeune pour avoir un enfant qui rentre à l’école betôt”…) Neni. J’ai eu droit à d’autres genres de bonheurs comme d’entendre entre les branches que l’Enfant est impoli et fait trop de tablette. Que j’ai l’air d’avoir du spray-net vieux de deux jours plein les ch’feux. Ma mère m’a dit que ma passe mauve, mes lunettes oranges pis ma robe noire et blanche ça faisait ben ben “beau”. Entre guillemets. Tsé, de l’amour là.

But you know what? On serait pas d’la famille si on se faisait pas chier, hein? J’ai le coeur heureux no matter what. J’suis la maman du meilleur Merk-Merk en ville pis ça, ça m’appartient. (Mais j’ai donné ma robe aux pauvres pis jme suis lavé les ch’feux.) Bon lundi!

Pis vous?